La certification Haute valeur environnementale (HVE) pourrait être exigée de toutes les exploitations produisant du vin sous AOP (Appellation d’origine protégée) et IGP (indication géographique protégée) à l’horizon 2030. C’est ce qui est inscrit dans la loi sur l’alimentation, votée le 30 mai dernier et qui devait encore être examinée par le Sénat. Reposant sur des obligations de résultat et non de moyens, la Haute valeur environnementale représente, sur une échelle de trois, le plus haut marqueur de performance écologique et économique des exploitations. Un logo HVE, accompagné d’une mention valorisante, peut être apposé sur les produits bruts et sur les produits transformés si ces derniers contiennent au moins 95 % de matières premières issues d’exploitations de haute valeur environnementale. Au 1er janvier 2018, 841 exploitations, toutes orientations confondues, étaient certifiées HVE.

© Raphaël Lecocq – Uni-éditions – juillet/août 2018