La consommation de produits bio a doublé en 5 ans et continue de gagner du terrain. Une tendance qui tire la distribution spécialisée, mais aussi les artisans/commerçants positionnés sur ce marché.

Le marché du bio ne connaît pas la crise. En comptabilisant la consommation à domicile et hors domicile (restauration), il a dégagé près de 13,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, soit une progression annuelle de 10,4 %, selon le bilan d’activité annuel de l’Agence Bio, l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique. Au cours des cinq dernières années, la part du bio a pratiquement doublé dans nos assiettes.

 

La consommation à domicile tire le marché

Pourtant, pandémie oblige, l’année 2020 a été compliquée, en particulier pour les professionnels de la restauration bio. Avec le confinement, près du tiers de leur chiffre d’affaires est parti en fumée. Reste que ce manque à gagner a été très largement compensé par les achats alimentaires en magasin. Durant la crise sanitaire, les consommateurs ont plébiscité les produits bio, dont les ventes ont décollé de 12,2 %. Une progression près de 4 fois plus rapide que celle de la consommation alimentaire globale.

L’appétence croissante des consommateurs pour les produits frais, de saison, locaux ou issus de circuits courts, et le « fait maison », a joué à plein. Résultat : l’an dernier, les Français ont dépensé 188 € en moyenne par personne pour l’achat de produits bio, soit près de 6,5 % de leur budget alimentaire.

 

Les détaillants spécialisés plébiscités

Si la grande distribution généraliste domine toujours le secteur avec 55 % de parts de marché, les détaillants spécialisés (28 % du marché) ont bien tiré leur épingle du jeu l’an dernier. De taille plus modeste et souvent implantés dans les centres urbains, leurs points de vente ont eu la faveur des consommateurs et davantage vendu. En particuliers les magasins des enseignes en réseau. De leur côté, les artisans et commerçants non spécialisés, grappillent 6 % de ce juteux marché. Ce qui représente pour eux un chiffre d’affaires non négligeable : 747 millions d’euros en 2020 (+ 11,3 % de progression annuelle).

Qu’achètent les consommateurs ? En premier lieu, les produits bruts – fruits et légumes frais, crèmerie, viandes, mer, traiteur, surgelés, boulangerie – qui constituent le gros des ventes (56 % du marché). Mais les produits transformés gagnent du terrain. À noter en 2020, la très forte progression des bières bio (+ 33 %), des produits bio surgelés (+ 30 %) et des produits d’épicerie bio (+ 17 %).

Bon à savoir

10,4 %, c’est la progression annuelle du marché du bio en France en 2020.


© Thibault Bertrand – Uni-Médias – octobre 2021