L’été est là et vous avez envie que votre enfant parte en colonie de vacances mais le prix du séjour est trop élevé pour votre budget ? Voici les aides financières vous permettant d’alléger son coût.

De moins en moins d’enfants partent en colonie de vacances. Alors qu’au début des années 60, ils étaient 4 millions à effectuer un séjour collectif, ils n’étaient plus que 1,4 million, dont 900 000 en colos, l’an dernier. Une baisse de fréquentation à laquelle souhaite s’attaquer Gabriel Attal, le secrétaire d’État à la Jeunesse, qui a donné jeudi 2 mai le coup d’envoi à une campagne de communication nationale « À nous les colos ». Le but est de rappeler aux jeunes et aux parents les bénéfices de la colonie de vacances (expérience de la vie en groupe, découverte d’activités, de territoires, apprentissage de l’autonomie, etc.) ainsi que les dispositifs pour aider à financer un séjour en colo. Il en existe, en effet, plusieurs.

L’Aide aux vacances enfants de la Caf

Les Caisses d’allocations familiales (Caf) peuvent accorder aux familles allocataires dont les enfants sont âgés de 7 à 16 ans une aide au financement d’un séjour en colo. Appelée l’Aide aux vacances enfants (AVE), elle concerne les séjours conventionnés en France et dans les pays de l’Union européenne d’une durée d’au moins 5 jours et organisés par un centre agréé Vacaf. L’enfant doit partir pendant les vacances scolaires. Le montant de l’aide est calculé en fonction du quotient familial calculé par la Caf et il est variable d’une caisse à l’autre. L’aide est majorée pour les enfants bénéficiaires de l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH). En principe, les familles pouvant en bénéficier reçoivent automatiquement un mail, SMS ou courrier de leur Caf entre février et mars pour les informer de leurs droits. Pour plus de renseignements, rapprochez-vous de votre caisse.

Les chèques-vacances de l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV)

Distribués sur la base de critères sociaux aux salariés du privé, aux travailleurs non-salariés et aux agents de la Fonction publique, les chèques-vacances peuvent servir à financer un séjour en colo sous réserve que ce type de paiement soit accepté. Pour en bénéficier, rapprochez-vous de votre employeur ou comité d’entreprise.

Les associations caritatives

Des associations de solidarité comme le Secours populaire mènent des actions pour offrir aux jeunes de milieux défavorisés l’occasion de s’évader le temps de quelques jours de vacances. Se renseigner auprès des structures locales ou départementales de ces associations ou auprès de votre mairie.

Par exemple, la Jeunesse au plein air (JPA) a organisé cette année, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, un concours à l’adresse des classes de CM1 et CM2 de 10 départements (Aisne, Bouches-du-Rhône, Calvados, Hérault, Nord, Pas-de-Calais, Rhône, Haute-Saône, Tarn-et-Garonne, Val-de-Marne). Les 10 classes gagnantes partiront tous frais payés en colo pendant une semaine cet été.

Les aides des communes

Elles peuvent intervenir par le biais des services sociaux. L’aide est calculée en fonction du quotient familial calculé par la commune. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Les bons vacances de la mutualité sociale agricole (MSA)

Les familles d’exploitants ou salariés agricoles peuvent bénéficier de chèques-vacances ou de bons vacances de la part de la Mutualité sociale agricole. La durée minimale du séjour doit être de 3 jours pour certaines régions, ou durer de 1 à 30 jours dans d’autres. Le lieu de vacances doit être situé à plus de 30 km du domicile.

© Sarah Corbeel – Dossier Familial – juin 2019