En décembre dernier, un livre blanc sur l’innovation dans le secteur associatif a été remis au Haut Commissaire à l’Économie sociale et solidaire, Christophe Itier. Il montre que les associations sont au cœur de l’innovation sociétale.

Mettre en lumière les capacités du monde associatif à expérimenter et à innover, c’est l’objectif poursuivi par le Livre blanc sur l’innovation sociale réalisé par l’association GPMA (Groupement Prévoyance Maladie Accident) et le laboratoire de recherche appliquée Le Rameau. Remis au Haut Commissaire à l’Économie sociale et solidaire, Christophe Itier, et publié en décembre dernier, cet ouvrage d’une soixantaine de page est le fruit de 10 ans de réflexion sur l’accompagnement et les actions des associations.

La première partie du livre blanc est notamment consacrée aux caractéristiques de l’innovation associative. Il est ainsi rappelé que la capacité à expérimenter est au cœur de l’activité du secteur associatif : les associations ayant vocation à répondre utilement à des besoins immédiats pour lesquels il n’existe ni réponse des pouvoirs publics, ni des entreprises. Les auteurs du livre découpent le processus d’innovation associative en cinq phases : la conception, l’expérimentation, la modélisation, l’essaimage et l’industrialisation de l’innovation. Ils identifient également des zones de risque spécifiques à ce secteur.

La seconde partie du livre s’attache à dresser un état des lieux des innovations sociales et technologiques propres au monde associatif. Les freins à l’innovation sont détaillés ainsi que les leviers pour la favoriser. La question de l’accompagnement est également longuement évoquée et notamment pour le déploiement et le changement d’échelle de l’innovation.

Des exemples innovants

Trois illustrations d’innovations associatives sont détaillées dans la 3ème partie du livre. Il s’agit des initiatives de Cover-Dressing, une association qui a mis en place des outils pour permettre à des personnes en situation de handicap d’avoir moins de difficulté à s’habiller, de WatcHelp, une application destinée à favoriser l’autonomie des personnes atteintes de troubles cognitifs et mentaux et Signes de Sens qui crée des outils pédagogiques adaptés pour les publics en situation de handicap sensoriel, psychique ou mental.

Enfin, dans la dernière partie du livre blanc, cinq propositions sont faites pour accélérer le mouvement. Les auteurs insistent notamment sur la nécessité de valoriser et d’accompagner les expériences réussies.

 

© Anne Le Mouëllic – Uni-éditions – janvier 2018