Au moins 15 % des entreprises sont exposées à un risque d’inondation. Des mesures de prévention et de protection permettent de minimiser ce danger et ses conséquences éventuelles.

Dommages aux bâtiments, aux matériels, aux stocks, arrêt partiel ou total de la production, voire de l’activité… Les conséquences d’une inondation peuvent être désastreuses pour une société. Quand on constate, au vu des chiffres de l’Observatoire national des risques naturels (ONRN), qu’au moins 15 % des entreprises situées sur le territoire métropolitain sont exposées aux risques d’inondation, mieux vaut se préoccuper du sujet en amont, plutôt que d’attendre un sinistre pour réagir.

Auditer le risque

La première chose à faire est d’évaluer le risque, compte tenu de la localisation du bâtiment et de la configuration de ses installations. Plusieurs sources d’information sont disponibles en mairie : plans de prévention des risques naturels, documents d’information communale sur les risques majeurs, plans communaux de sauvegarde… Le ministère du Développement durable compile aussi des données utiles sur les zones à risque.

Si vos locaux sont exposés, listez vos points de vulnérabilité. Vous pourrez ainsi définir les actions à prévoir pour vous protéger. Plusieurs priorités doivent guider votre démarche : d’abord, assurer la sécurité des personnes, ensuite protéger les biens (stocks, machines, locaux), enfin assurer la capacité de résistance du site. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre assureur pour prendre conseil sur les mesures de prévention et de protection à mettre en œuvre.

Protégez les personnes et les biens

Dans un premier temps, prévoyez une zone refuge, hors d’eau, où le personnel pourra se réfugier, s’il est dans l’impossibilité d’évacuer les lieux. Ensuite, protégez vos locaux. Pour cela, établissez un plan de tous les points d’entrée d’eau possibles en cas de crue (portes, grilles de ventilation, systèmes de drainage, canalisations d’évacuation des eaux usées, etc.) et prévoyez pour chacun un système d’occultation, temporaire ou permanent selon les cas, pour empêcher l’eau de s’infiltrer. De nombreux dispositifs de protection existent : batardeaux, sacs de sable, boudins anti-inondation, barrières étanches…

Veillez aussi à la protection de vos installations électriques, en les rehaussant, ou en les isolant de l’eau dans les locaux inondables. Idem pour les autres réseaux de fluides (gaz, produits chimiques) qui, en cas de rupture, pourraient provoquer un suraccident. Enfin, formalisez les choses en établissant un plan d’urgence/ inondation, indiquant la conduite à tenir par le personnel avant, pendant et après le sinistre, de manière à limiter ses conséquences et à permettre une reprise d’activité rapide.

Pour en savoir plus

FFA – Fiches conseils prévention pour anticiper et minimiser l’impact d’une inondation sur votre entreprise

© Thibault Bertrand – Uni-médias – décembre 2018